Mon approche de la greffe de cheveux

Greffe de cheveuxAujourd’hui, la Microtransplantation Capillaire à condition d’être parfaitement maîtrisée par celui qui la pratique fait l’unanimité auprès des spécialistes.

Son principe est basé sur la capacité d’un fragment du cuir chevelu, prélevé en zone occipitale (là où les cheveux ne tombent jamais) et implanté sur une zone chauve, à conserver toutes ses capacités initiales de repousse capillaire et ce, quels que soient les individus.

Lors de votre premier rendez-vous avec le docteur Alain Butnaru, ne vous étonnez pas de saluer un monsieur au crâne rasé.
Et oui ! Hélas pour lui mais tant mieux pour vous, c’est justement une perte de cheveux précoce qui l’a mis sur la voie de la transplantation capillaire et donc sur votre chemin…

“ Lorsqu’à 22 ans, j’ai commencé à m’inquiéter d’une calvitie déjà importante, j’ai pris rendez-vous pour une greffe de cheveux, avec un grand patron de dermatologie, le Professeur Charles Grupper.

Ma surprise fut la même que la vôtre en me voyant : il était plus chauve que moi ! Pourquoi ?
Simplement parce qu’à l’époque aucune solution n’existait en dehors des gros implants capillaires avec le résultat totalement inesthétique que nous connaissons.
J’en ai appris la technique aux Etats-Unis mais le remède étant pire que le mal, je ne l’ai jamais pratiquée !

Aucune réponse valable donc à apporter aux demandeurs pourtant nombreux jusqu’au jour où, dans les années 90, est apparue la technique de la bandelette avec micro-greffes (Greffe FUT). Sitôt perçu son intérêt, je m’y suis immédiatement formé et n’ai jamais cessé de la pratiquer.
Et bien entendu ensuite lorsque la technique de la F.U.E. (Follicular Unit Extraction) est arrivée, je l’ai instantanément adoptée. Elle permet également de traiter des zones nouvelles : les sourcils et la barbe.

Plus de 30 ans d’expertise et d’interventions sur des cas, femmes et hommes, plus ou moins difficiles, mais toujours différents m’ont permis de considérablement améliorer mon expertise.
Cette intervention étant ma seule activité chirurgicale, j’y consacre tout mon savoir-faire.
Et moi ? Vous demandez-vous.
Hélas, je suis un cas désespéré avec une très mauvaise densité de ma zone donneuse, des cheveux très noirs et très fins.
Il m’arrive souvent de refuser des patients du fait de leur nature de cheveux : pas question en tant que médecin de promettre à quiconque des miracles !

En revanche, je pense ressentir le mal-être qu’une chute de cheveux peut provoquer puisque moi-même je suis passé par la !”.

Photos

Par respect pour les patients, nous ne souhaitons pas afficher sur ce site des photos avant/après dont en plus, rien ne vous assure la véracité !
Mais lors de votre première consultation, vous pourrez découvrir des résultats réalisés par nos soins.

Actualités liées

Intervention Greffe de cheveux FUE