Huissier de justiceTémoignage effectué sous contrôle de Maître Patrick Okerman , huissier de justice.

« J’ai 48 ans, je suis avocat,
mon apparence n’est pas un problème,
mais quand même…

« Le constat est là …j’ai 48 ans, j’exerce une profession libérale et rencontre des gens toute la journée, mon apparence n’est pas un problème, mais quand même…lorsqu’il y a deux ans, je me suis « croisé » un peu plus précisément dans un miroir à trois facettes, je me suis aperçu que la légère tonsure avait pris de l’ampleur et que la perte de volume était devenue réelle…

En fait en lieu et place de la masse capillaire à laquelle j’étais habitué la REALITE de cette disparition était bien là …destinée à ne plus régresser. Malgré les petits traitements topiques ponctuels que je m’imposais depuis quelques années en applications ou injections locales, mes cheveux avaient tendance à lâchement m’abandonner. Vous dire s’ils tombaient depuis longtemps ? Je ne sais pas. Peut-être depuis la Fac déjà, comme une grande majorité des hommes, c’est ce qu’on appelle, je l’ai appris plus tard, la chute androgénogénétique.

« 14 ans plus tard, je croise un ami opéré par le Docteur Alain Butnaru et franchement s’il ne me l’avait pas précisé, je ne l’aurais pas vu.

Je me souviens maintenant, tout a commencé vers l’âge de 33 ans. Sans en faire une obsession, je constatais quand même que je m’inspectais le cuir chevelu de plus en plus souvent pour évaluer sa densité capillaire jusqu’au jour où je croisais le Docteur Alain Butnaru. « Pourquoi ne pas envisager juste une séance pour combler ce début de calvitie ? » me demanda cet expert en greffe capillaire. Je refusais car je n’étais pas encore prêt mais conservais cette possibilité en tête… »

14 ans plus tard, j’avais 47 ans, je croise un ami opéré par le Docteur Alain Butnaru et franchement s’il ne me l’avait pas précisé, je ne l’aurais pas vu.

La Texture de cheveux, la couleur, la coiffure… Impossible de déceler les implants des cheveux. Convaincu alors, je prends rendez-vous à son cabinet pour une première consultation : tout m’est expliqué… le Diagnostic, l’intervention, les sommaires suites opératoires, …et enfin la repousse… de mes vrais cheveux… Il m’explique tout en détails et me montre quelques photos avant/après… vraiment extraordinaires.

Si je suis parfaitement convaincu par la technique proposée et l’expertise du médecin qui la pratique depuis plus de 25 ans, j’ai peur des piqûres, peur d’avoir mal, peur que ça se voit…Je quitte le cabinet après une heure de consultation sans fixer de date d’intervention mais avec un devis. Nous sommes en juin 2010.

« Comme il n’y a pas de hasard, quelques semaines plus tard, je croise un second ami, opéré lui aussi par le Docteur Alain Butnaru, incroyable !

Encore quelques jours de réflexion et nous prenons rendez-vous pour ma première séance, en décembre, juste avant les fêtes, pour pouvoir récupérer quelques jours avant de retourner à ma vie active. Après avoir pratiqué un un bilan sanguin, je rencontre l’anesthésiste, j’arrive le jour J à la Clinique de Boulogne, à 8h30. L’équipe m’attend. L’intervention se déroulant en ambulatoire sous anesthésie légère, je m’endors un petit quart d’heure sur le fauteuil pour laisser le prélèvement capillaire se faire à l’abri de tout ressenti. Lorsque je me réveille, Je ne sens rien de particulier si ce n’est un petit tiraillement derrière la tête, au niveau de la nuque là où ont été prélevés un peu plus de 1000 greffons ou transplants soit environ 4 000 cheveux.

Ensuite pendant que je me repose tranquillement, je peux assister à la préparation des greffons au microscope.

Puis je retombe tout en douceur dans les bras de Morphée, le temps pour le médecin, de pratiquer des petites fentes dans la zone à implanter, fentes qui sont remplies ensuite avec les greffons prélevés.

13h30 : fin de la séance. Une heure encore pour recouvrer mes esprits, me restaurer et retour à la maison en taxi. »

« Comme je l’avais prévu, pendant une quinzaine de jours, je ne vois personne.

« Au début, je suis un peu fatigué, mais je n’ai pas mal, juste une sensation sur la nuque. Je prends très peu des calmants prescrits par le Docteur Alain Butnaru.

Le lendemain premier shampoing, j’appréhende un peu mais je suis les recommandations du médecin et tout se passe bien. Au bout de 3 ou 4 jours, l’œdème qui s’est formé sur le crâne descend au niveau des yeux. Pour l’éviter, le médecin conseille de porter un bandeau de tennis sur le front. Au fil des jours, les bébés cheveux implantés forment de petites croûtes qui tombent.

Comme je l’avais prévu, pendant une dizaine de jours, je ne vois pas grand monde mais je vais travailler au bout du 5 éme jour ….Au bout de 15 jours, j’ai repris une vie tout à fait normale, je vais au cinéma, au restaurant, etc sans avoir peur d’affronter le regard des autres puisque cela ne se voit pas … .»

3 mois et demi après l’intervention, ça y est je vois les premiers nouveaux cheveux émerger !
Il me faudra environ 6 mois pour récupérer une longueur normale mais dès les premiers mois, les remarques fusent : 10 ans de moins, bonne mine, plus dynamique…

Les personnes qui étaient au courant sont extrêmement impressionnées du résultat qu’elles jugent significatif très rapidement. Les autres, mes clients, mes voisins m’interrogent : parti en vacances, amoureux, lifté ? C’est drôle, lorsqu’on retrouve ses cheveux, on n’imagine pas combien ils nous ont manqué et quel impact ils ont sur le regard de l’autre et par conséquent sur notre physique et notre moral.

Je ne faisais de ma chute de cheveux ni un complexe ni une obsession mais dix mois plus tard, après avoir déjà retrouvé un beau volume, je prends un nouveau rendez-vous pour une seconde séance avec le Docteur Alain Butnaru sans aucune appréhension et aussi sûr de moi que de lui.

Opéré pour la seconde fois un jeudi, je me retrouve avec 950 greffons en plus quelques heures après l’intervention qui passe comme une lettre à la poste : j’ai tellement confiance que je dors 5 heures d’affilée ! 48H plus tard, je reprends une vie tout à fait normale : shampooing, douche, coiffage… Je n’appréhende aucun geste du quotidien et vis avec mes nouveaux cheveux comme s’ils n’étaient jamais tombés. D’ailleurs, c’est tellement vrai que je n’y pense plus jamais !

Si c’était à refaire ?
Sans l’ombre d’une hésitation !

S’il me fallait une troisième séance ?
Tout de suite !

Si vous hésitez ?
N’hésitez pas et Prenez rendez-vous sans tarder ! Moins on attend, plus la première intervention est légère.

Le coût ?
Si on additionne et déduit le cout des traitements topiques ponctuels le tarif est tout à fait raisonnable et de toutes façons Tout à un prix et SE SENTIR BIEN N’EN N’A PAS…. !