Toxine botulique

Un anti-rides majeur !

Utilisée en France depuis les années 80 pour des affections médicales telles que le torticolis spasmodique ou le blépharospasme, la Toxine Botulique, est devenue un apport majeur en médecine esthétique, dans l’esthétique du front, du regard et du visage. Sécrétée par la bactérie du botulisme, isolée et finement dosée, elle empêche la contraction musculaire.

Pour qui ?

Ce traitement peut être utilisé en prévention dès la trentaine avec des injections très faiblement dosées et poursuivi sans limite d’âge.

Les promesses de la technique

Chaque muscle possède de nombreux récepteurs commandés par des influx nerveux.
Le rôle de la Toxine Botulique est de bloquer un certain nombre d’entre eux à l’endroit de l’injection, afin d’affaiblir, voire de supprimer la capacité du muscle à se contracter.
Ainsi, certaines rides d’expression disparaissent : les rides horizontales du front, les rides verticales de froncement des sourcils et les rides de la patte d’oie.

Le déroulement d’une séance

Dosé en faible quantité lors de la première séance afin de pouvoir en mesurer les effets quelques jours plus tard, et d’effectuer éventuellement une retouche, le produit est localement et précisément injecté dans les muscles spécifiques responsables de la contraction musculaire que l’on désire bloquer, avec une aiguille extrêmement fine qui ne laisse absolument aucune marque.

Est-ce que cela fait mal ?

Identique à celle d’une piqûre traditionnelle, la petite douleur parfois ressentie sur certaines zones plus sensibles disparaît dès la fin de l’injection.
Après la première séance, il arrive que certains patients ressentent de légers maux de tête ou remarquent un petit gonflement des paupières, voire de légers bleus. Si elles arrivent, ces réactions disparaissent très rapidement.
Il n’existe aucun effet secondaire définitif.
Il faut noter que certains patients tels que les grands myopes se la font injecter uniquement pour être libérés des maux de tête que provoque la crispation permanente de leurs muscles frontaux.

Les suites

Après l’injection, le résultat se met en place progressivement, 80% est visible en deux à trois jours, 100% en huit jours.
Il est souvent nécessaire de pratiquer une petite retouche dans les huit à quinze jours pour parfaire le résultat.

Le nombre de séances

Le résultat de la première séance dure en moyenne de 4 à 6 mois, quelquefois plus. Ensuite, une à deux séances d’entretien par an peuvent suffire à maintenir les résultats.

Deux indications particulières :

L’Hyperhydrose des aisselles

La transpiration est un phénomène naturel permettant à notre corps d’évacuer le surplus de chaleur généré dans des circonstances particulières à l’origine de la transpiration (pratique d’un sport, stress, chaleur excessive…).
Cependant, chez les personnes atteintes d’hyperhydrose, cette production de sueur apparaît disproportionnée et aléatoire, sans réelle relation avec les besoins corporels.
Si pour beaucoup, l’hyperhydrose peut apparaître comme une affection anodine, celui qui en souffre sait combien elle peut être invalidante dans la vie quotidienne.
Le principe est de quadriller avec la Toxine Botulique, la zone pileuse où se produit la transpiration excessive afin de bloquer l’hyperactivité d’un type de glandes particulières : les glandes sudoripares.
Perceptibles en quelques jours, les spectaculaires résultats perdurent en moyenne de six mois à un an.

Le Bruxisme

C’est une contracture inconsciente des muscles élévateurs de la mâchoire inférieure, qui a lieu la nuit ou le jour, ce qui entraine un grincement des dents.
Il suffit de bloquer l’action de ces muscles pour qu’en quelques jours, le problème disparaisse pour environ un an et quelquefois même définitivement

Actualités liées

Les Echos Couverture