micro nutrition

Micronutrition
personnalisée

Voici pourquoi les compléments alimentaires sont devenus indispensables !

 

Notre organisme est composé du nombre incroyable de 30 000 milliards de cellules et nous abritons également 38 000 milliards de bactéries dont vous pourrez voir l’importance dans le chapitre Microbiote.

 

Chaque cellule est une mini usine chimique qui fabrique en permanence 

30 000 produits différents, de la molécule la plus simple à la plus complexe. 

 

Des centaines de millions de réactions chimiques ont lieu en permanence non seulement pour les besoins de chaque fonction de l’organisme mais aussi pour la coordination de ces différentes fonctions entre elles !

 

Pratiquement toutes les molécules capables de mettre en œuvre ces réactions chimiques sont des enzymes. 

 

Ces dernières permettent à ces réactions de se produire des millions de fois plus vite qu'en leur absence. 

 

Les enzymes ne sont pas modifiés au cours des réactions mais leur spécificité dépend de leur structure tridimensionnelle.

Pour obtenir cette forme tridimensionnelle, l’enzyme intègre une vitamine ou un oligo-élément voire les deux.

 

Si ces éléments sont absents la réaction ne se fera pas. Et si la quantité disponible est restreinte, des réactions se feront, mais pas au complet, car tous les enzymes ne seront pas fonctionnels. Ainsi au lieu de travailler de manière optimale, l’organisme ne fonctionnera que de manière réduite.

 

Pendant des années tout ira bien ! L’organisme va se débrouiller avec ce qui est disponible, mais au bout d’un certain temps, les déchets s’accumuleront, toutes les réparations ne se feront pas et les problèmes de santé commenceront.

shutterstock_1820410016.jpg

Et à contrario, l’excès est également préjudiciable !

 

C’est pour cela que si les vitamines et les oligo-éléments sont indispensables aux réactions chimiques de notre organisme, il n’en faut ni trop, ni trop peu.

Alors comment faire pour en avoir la juste quantité ?

Normalement notre alimentation devrait couvrir tous nos besoins 

Hippocrate disait vers 400 ans avant J-C :“ Que l'alimentation soit ta première médecine”

 

L’idée que l’alimentation ne couvre pas les besoins en nutriments essentiels d’une partie importante de la population est insupportable à de nombreux médecins, et inconcevable par les responsables politiques et les hauts fonctionnaires. 

 

Étrangement, aucune des enquêtes conduites, depuis 20 ans n’a réussi à prouver que l’alimentation des Français les met à l’abri de déficits micronutritionnels. Or les chercheurs considèrent qu’une personne, dont l’alimentation ne couvre pas les deux tiers des apports conseillés en micronutriments, court un risque élevé de déficit. 

De nos jours, notre alimentation ne suffit plus à couvrir nos besoins essentiels en vitamines et oligo-éléments, pour trois raisons principales :

1- La densité en micronutriments des fruits et légumes a nettement diminué à cause :

• de l'excès d'arrosage des cultures qui "lessive" les sols et diminue leur richesse en minéraux,

• de l'excès d'engrais, de l'agriculture intensive qui, en augmentant la vitesse de croissance des plantes, diminue le temps de fixation des micronutriments, 

• de l'excès d'utilisation des pesticides et des herbicides qui diminue la richesse des végétaux en vitamines en empêchant la transformation des minéraux par les micro-organismes, transformation nécessaire à une meilleure absorption, 

• du raffinage qui enlève aux végétaux une majeure partie de leurs minéraux, 

• de la cueillette des fruits et des légumes avant la maturation complète et du temps passé entre la cueillette et la consommation (par exemple quatre semaines en moyenne pour les tomates),                                                                                                                                    

• des aliments industriels nettement moins riches en micro nutriments par suite des traitements : stérilisation, séchage par pulvérisation, pasteurisation, ionisation, écrémage, cuisson, extrusion, lavage, raffinage.

2- Une nouvelle notion à prendre en compte est celle des :

“ calories vides – calories pleines ”

Un des problèmes majeurs de l'alimentation actuelle est sa richesse en ingrédients purifiés (sucre, farine blanche, lipides…).

On désigne ainsi ces sources énergétiques purifiées par le terme de “calories vides” pour signifier qu'elles ont perdu leur contenu en micronutriments.

Aujourd'hui 60% de l'apport énergétique est fourni par des aliments riches en calories et pauvres en vitamines et minéraux.

3- Enfin, les aliments riches en micronutriments sont moins consommés : 

En France, notre consommation de pain et de pommes de terre a été divisée par deux, de légumes secs par sept tandis que nous mangeons deux fois plus de sucre blanc, de viande et de fromage qu'il y a cinquante ans. Cet état de fait s'explique également par l'évolution des modes de vie (réduction du temps passé à cuisiner, repas déstructurés, repas pris en dehors du domicile, grignotage en constante augmentation, plateaux télé, distribution quasi exclusive de l'alimentation par les grandes surfaces, etc.) et aggrave ce phénomène : 70% de notre alimentation provient maintenant des produits industriels.

Pour illustrer mon propos, laissez-moi vous en présenter 3 qui sont fondamentaux :
VITAMINE C  - MAGNESIUM- VITAMINE D

La Vitamine C

En 2018, trois cas de Scorbut ont été rapportés par des médecins du CHU de Nice, 

alors que cette affection était classée dans la liste des maladies disparues. 

 

Cette maladie, longtemps appelée “ la peste des marins “, est traditionnellement associée aux expéditions du XVème au XVIIIème siècle.

Une partie des marins des voyages de Vasco de Gama, Magellan ou Jacques Cartier, privés de fruits et de légumes pendant plusieurs mois, ont été décimés par la maladie provoquée par une carence en Vitamine C.

En effet, si la plupart des mammifères peuvent la synthétiser, l'organisme humain en a perdu la capacité au cours de son évolution, nous ne pouvons pas la stocker si bien que nous ne pouvons compter que sur des apports alimentaires quotidiens crus ou cuits à basse température, pour ne pas risquer chaque jour la "panne sèche".

 

La Vitamine C participe à des centaines de processus dans l’organisme.

Une de ses principales fonctions est d'aider le corps à fabriquer le collagène, une protéine essentielle à la formation du tissu conjonctif.

 

Elle contribue aussi au maintien de la fonction immunitaire, elle active la cicatrisation des plaies, participe à la formation des globules rouges et augmente l'absorption du fer contenu dans les végétaux.

 

Un des autres rôles importants de la vitamine C est son effet antioxydant qui protège les cellules contre les dommages infligés par les radicaux libres.

Le stress et la consommation de tabac multiplient par dix nos besoins.



 

La meilleure absorption se fait sous la forme liposomale car elle permet de traverser les membranes cellulaires afin de pénétrer au cœur de la cellule.

Magnésium

Il intervient dans plus de 300 réactions biochimiques et enzymatiques dans notre organisme. C’est d’ailleurs à cause de son large champ d’action que de nombreux déséquilibres sont à craindre dès qu’il vient à manquer. 

Il agit en effet au cœur de nos cellules (nerveuses, musculaires, cérébrales, du tissu conjonctif de la peau, des cartilages ou des os). Il est également impliqué dans la cascade des réactions dues au stress.

Nos besoins journaliers en magnésium varient tout au long de notre vie en fonction de notre tempérament et de notre mode de vie. Si nous sommes d’un tempérament nerveux et que nous ne dormons pas suffisamment, nos besoins ne seront bien évidemment pas les mêmes que ceux d’une personne au tempérament calme et reposé.

De multiples aliments apportent naturellement du magnésium : certaines eaux, chocolat, céréales complètes, légumes secs, arachides, noix, épinards, avocats et fruits secs. Mais seul un tiers du magnésium que nous ingérons sera absorbé par les intestins.

Si les apports sont limités, les fuites, au contraire, sont très nombreuses. L’alcool et le café, le stress,

la malbouffe et certains médicaments (diurétiques, anti-inflammatoires, pilules, antidépresseurs...) augmentent son élimination par les reins.

Il est également éliminé par la peau lors d’une sudation importante.

Tout cela explique pourquoi 80% de la population française est carencée.

Une complémentation est donc indispensable, il faut la prendre au mieux en trois prises sinon matin

et soir. 

Parmi toutes les formes disponibles, les mieux absorbées sans effets secondaires sont les glycérophosphates et les bisglycinates.

 

Vitamine D

Si la vitamine D était découverte aujourd’hui, on ne parlerait pas de vitamine mais d’hormone.

Elle est en partie fabriquée par notre organisme et elle agit directement sur nos organes.

En dehors des effets “classiques” (prévention du rachitisme, minéralisation osseuse et métabolisme phosphocalcique), elle possède des effets “non classiques” sur le muscle, le système immunitaire,

le rein, l'appareil cardiovasculaire.

 

Plus de 2 500 publications sur la vitamine D démontrent un rôle de prévention de certains cancers.

Elle aurait également une action de prévention contre les maladies d’Alzheimer et Parkinson.

Enfin, elle influence plus de 200 gènes et agirait sur la réparation de notre ADN.

La carence en vitamine D serait associée à un excès de mortalité, toutes causes confondues. 

La vitamine D est synthétisée par la peau exposée au soleil à partir d’un dérivé du cholestérol. 

 

Le problème est que la moitié de la quantité mise en réserve en été est éliminée en trois semaines

et nous sommes presque tous en déficit à partir de novembre, les taux les plus bas se détectant en février.

 

Nos grands-parents avaient pour habitude de consommer régulièrement en hiver de l'huile de foie de morue et ils avaient bien raison ! C'était leur manière à eux de prendre une bonne dose de vitamine D. Mais aujourd'hui, à moins d'une alimentation riche en poissons gras, les populations européennes et américaines manquent de cette précieuse vitamine. Actuellement, l’alimentation ne couvre que 20% des apports nécessaires en vitamine D. 

Des milliers de décès prématurés pourraient être prévenus si le déficit en vitamine D, qui touche plusieurs millions de français, était activement corrigé.

 

Cette constatation de carence sur ces trois éléments est malheureusement vraie pour la plupart des vitamines et des oligoéléments !

Pilules sur cuillères