le jeûne

Le jeûne
thérapeutique

Et pourquoi pas commencer à jeûner ?

Manger moins peut vous faire vivre plus longtemps, en meilleure santé et ce sans frustration.

 

La restriction calorique, c’est-à-dire le fait de manger un peu moins que d’habitude (environ 15%) est une méthode reconnue pour augmenter l’espérance de vie sur des modèles animaux (du rat au singe).

 

Chez l’Homme, certains modes de vie traditionnels comme sur l’île d’Okinawa en sont une démonstration empirique.

 

A notre époque, et dans notre société occidentale, appliquer dans la vie de tous les jours la restriction calorique est difficile et frustrante.

 

Pourtant Il existe une méthode simple pour obtenir une restriction calorique : c’est le jeûne qui en plus apporte de nombreux bienfaits pour la santé.

 

Le jeûne a toujours existé. Du jeûne subi à la Préhistoire en passant par le jeûne religieux, puis le jeûne thérapeutique, sa pratique est universelle.

 

Ce n’est cependant qu’à la fin du XIXème siècle, que les premiers travaux scientifiques ont commencé pour se poursuivre au XXème siècle. 

 

Mais c’est à partir de 2010 que Valter Longo, gérontologue et Professeur de Biologie de l’université de Californie à Los Angeles a publié des études sur l’intérêt du jeûne dans la longévité et l’accompagnement des traitements du cancer chez l’Homme.

 

Depuis cette date, de plus en plus de recherches s’accordent pour affirmer que la pratique du jeûne est devenue une nécessité pour atténuer ou contrecarrer les effets néfastes de nos conditions de vie. 

 

Et toutes les publications sur le jeûne corroborent, pour démontrer ses effets bénéfiques et thérapeutiques. Notamment sur :

- la diminution de l’inflammation et des symptômes des maladies rhumatismales, auto-immunes

et allergiques,

- la régulation du taux d’insuline, des sucres et des graisses,

- le drainage de l’eau et du sel qui diminue la tension artérielle et les œdèmes,

- la stimulation de production des neuromédiateurs du bien-être dans le cerveau (dopamine, sérotonine, gaba…) qui augmente la sérénité,

- la synchronisation des horloges biologiques qui améliore entre autres la qualité du sommeil,  

- l’activation des gènes de réparation qui stimule le rajeunissement.

En pratique comment jeûner ?
shutterstock_1862448634.jpg
jeune-intermittent

Trois possibilités s’offrent à vous :

- Le jeûne intermittent 

- Le jeûne court de 24 h à 3 jours

- Le jeûne long de plus de 3 jours

 

 

Le jeûne intermittent 8h – 16h

Il consiste à s’alimenter sur une période de 8h et jeûner sur une période de 16h.

 

Le jour où l’on décide de le réaliser, un petit-déjeuner habituel est pris à 8 h, le repas du midi est maintenu, une collation légère est possible jusqu’à 16h.

Puis plus rien jusqu’au lendemain matin (excepté des boissons telles que : eau de source, tisane, thé, café, à volonté, BIEN SUR sans sucre ni édulcorant). 

 

Cette façon de s’alimenter, seulement 2 à 3 jours par semaine, est une solution simple et puissante pour être en pleine santé !

 

Certains préconisent un seul repas par jour, le soir et de jeûner toute la journée.

Selon moi, les bénéfices santé sont bien moindres car le sommeil sera de moins bonne qualité et surtout l’organisme étant occupé à gérer la digestion pendant la nuit, il ne pourra pas s’occuper du “nettoyage“ des cellules.

 

 

Le jeûne court de 24 h à 3 jours

Si vous prolongez encore de quelques heures votre jeûne intermittent, vous arriverez facilement à jeûner 24h de suite. 

Il est possible de continuer à jeûner sans précautions particulières jusqu’à 3 jours.

 

 

Le jeûne long de 3 à 7 jours

Ce jeûne réalisable à la maison, nécessite une prise en charge médicale pour éliminer toute contre-indication et prescrire une complémentation micro-nutritionnelle indispensable pour limiter les effets indésirables (migraine, acidose…)

Mais également pour préciser la réalimentation de sortie du jeûne, tout aussi importante que le jeûne lui-même.

 

Ce jeûne plus long, a des effets de régénération plus importants. En particulier, 

il stimule l’autophagie, processus de nettoyage des cellules et entraîne une activation des cellules souches réparatrices.

 

Il est possible dans ce jeûne de préparer, pour le soir, un bouillon clair de légumes apportant moins de 50 gr de glucides

 

 

Alors maintenant…

 

À vous de jouer !

Capture d’écran 2021-06-15 à 16.48.17.pn